Interview de Nicolas Rohr, co-fondateur de Faguo, marque de chaussures et accessoires, mode et responsable

Bonjour Nicolas, comment vous est venue l’envie d’entreprendre ?

L’envie s’est construite pendant nos études et s’est nourrie de notre échange en Chine. L’idée de monter son propre projet, sans pour autant imaginer que ça constituerait notre vie d’entrepreneur, était un défi que mon associé, Frédéric Mugnier, et moi-même voulions relever.  Mettre en place un projet pour se tester, sans avoir de contraintes familiales ou financières du fait que nous étions étudiants, semblait offrir un environnement favorable. Nous avons saisi ainsi l’opportunité de monter notre boite !

Comme est née, dans ce contexte, l’idée de Faguo ?

Suite à un séjour Erasmus de 6 mois en Chine ! 

Deux observations se sont imposées à nous : 1. La culture chinoise pousse vers l’entrepreneuriat. Les chinois entreprennent énormément et nous avons ressenti ce souffle créatif qui donne envie de monter ta boite de retour en France ; et 2. La passion pour les tennis et la mode, en général, qui inspirait en nous un projet, et l’envie de proposer un concept différenciant des marques que tout le monde porte.

Au départ, l’intention était simplement de monter une marque de proximité pour les amis et étudiants de notre école. Puis ça a été la surprise ! Le buzz nous a mis dans le bain entrepreneurial plus rapidement que prévu, avec des décisions fortes à prendre pour inscrire Faguo dans une dimension de marque durable avec un projet d’entreprise global.

Comment avez-vous géré la transformation du projet en entreprise, qui s’imposait à vous de manière surdimensionnée par rapport à ce que vous avez initialement programmé ?

Quand tu es entrepreneur, tu essaies d’avoir ce côté rationnel et de faire des scénarios de croissance (pessimiste, réaliste, surréaliste, celui dont tout le monde rêve). Pour nous, le scénario « surréaliste » qui n’était même pas envisageable, s’est trouvé dépassé !

On était dans une vision réaliste, où on commande 5000 paires,  on les vend sur un an, et on voit ce qu’on fait après. Là, les 5000 paires se sont vendues en 15 jours !  Ce fut une énorme surprise ! On pensait juste s’amuser avec une idée d’entreprise et on s’est retrouvé créateur d’entreprise ! On a créé une marque, un logo, une identité, des valeurs dans lesquelles les gens se sont reconnus. Nous étions lancés ! 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Derniers articles

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Web.